Alfred Nobel

Alfred Nobel

Alfred Nobel
Vit de 1833 à 1896.

Alfred Nobel est célèbre pour les prix annuels en science, littérature et paix décernés en son nom.

Bien qu’il soit né dans la pauvreté, les membres de sa famille étaient créatifs et entreprenants ; ils ont travaillé dur et ont connu le succès. Alfred était le scientifique de la famille, inventant et fabriquant la dynamite, le bouchon de dynamitage, la gelignite et la ballistite. Il s’est enrichi de façon fantastique grâce aux recettes de ses entreprises d’explosifs.

Dans son dernier testament, il a légué plus de quatre-vingt-dix pour cent de sa fortune pour financer les prix Nobel.

Publicités

Débuts

Alfred Bernhard Nobel est né à Stockholm, la capitale de la Suède, le 21 octobre 1833.

Son père était Immanuel Nobel, un ingénieur, inventeur et entrepreneur autodidacte qui n’avait été scolarisé formellement que jusqu’à l’âge de 14 ans, et sa mère était Andriette Ahlsell, fille de comptable.

Bien qu’au début, l’entreprise d’Immanuel Nobel ait prospéré, au moment où Alfred est né, son père était en faillite. Une série de malheurs commerciaux, suivie de l’incendie de la maison familiale, laisse la famille sans le sou.

Alfred est leur quatrième enfant et survit à peine à ses premiers jours. Il a souffert de mauvaise santé pendant la majeure partie de sa vie. La mère d’Alfred et son fils malade ont formé un lien fort grâce aux années de soins constants qu’elle lui a prodigués pendant ses fréquentes maladies.

Lorsqu’Alfred avait quatre ans, son père a quitté la Suède pour la Finlande où des opportunités commerciales lui avaient été offertes ; il s’est écoulé un long moment avant qu’il n’envoie de l’argent à la maison. Le grand-père d’Alfred a donné à la mère d’Alfred de l’argent pour démarrer une minuscule épicerie dans laquelle elle travaillait de la première heure du matin à la dernière heure du soir pour un petit bénéfice.

Alfred a commencé l’école à l’âge de sept ans – une école pour enfants démunis appelée Jacob’s Parish Apologist School. Les élèves et les professeurs de l’école étaient durs ; il y avait de fréquentes bagarres dans la cour de récréation et la plupart des élèves étaient battus par leurs professeurs tous les jours pour la moindre petite erreur dans leurs travaux scolaires.

Alfred réussissait bien dans ses travaux scolaires, ce qui rendait son père absent fier.

Russie

Immanuel, le père d’Alfred, avait également bien réussi, en formant une société produisant des armes pour l’armée russe. Désormais riche, et propriétaire d’une fonderie et d’une usine, il envoya sa famille le rejoindre en Russie à l’automne 1842. Alfred a neuf ans lorsqu’il s’embarque pour Saint-Pétersbourg, la capitale de la Russie. Il ne lui a fallu qu’un an pour apprendre le russe couramment.

Au lieu d’aller à l’école, les enfants Nobel étaient instruits par des tuteurs privés. Immanuel était un fervent défenseur de l’éthique protestante du travail. Il a enseigné à ses enfants qu’ils pouvaient façonner leur propre prospérité future en travaillant dur et en se dévouant. Ils recevaient des cours particuliers et avaient l’ordre de travailler de longues heures chaque jour.

Certains enfants auraient trouvé cela oppressant, mais Alfred a prospéré. Il aimait apprendre, et ajouta l’anglais, le français et l’allemand aux langues qu’il parlait couramment. Ses tuteurs étaient de grande qualité – des professeurs d’université lui enseignaient la chimie, sa matière préférée.

Pendant ce temps, les affaires d’Immanuel se développaient rapidement et il fabriquait une gamme d’armes de plus en plus large.

Tournée européenne et américaine

Vers l’âge de 16 ans, Alfred envisagea de devenir écrivain.

Alfred Nobel vers l'âge de 16 ans.

Alfred Nobel vers l’âge de 16 ans.

Après avoir maîtrisé l’anglais, il était devenu un grand fan des pièces de Shakespeare et avait commencé à écrire des poèmes influencés par Percy Shelley. Le père d’Alfred appréciait l’importance de la bonne littérature, mais il ne voulait pas que son fils suive cette voie.

Il offrit à Alfred la possibilité de voyager en Europe et aux États-Unis s’il abandonnait ses aspirations littéraires et se concentrait sur le travail dans les entreprises industrielles et d’armement prospères de la famille.

Alfred accepta. Au cours de son périple, il passa du temps dans des lieux d’intérêt commercial – laboratoires et usines – et passa de longs moments à Paris et à New York. Lorsque, âgé de 19 ans, il est retourné en Russie en 1852, il a travaillé dans l’entreprise familiale : celle-ci comptait alors environ 1 000 employés.

Maladie, nitroglycérine et problèmes financiers

De retour en Russie, Alfred a travaillé dur mais a souffert périodiquement de problèmes de santé.

À l’âge de 25 ans, l’entreprise familiale connaît de graves difficultés. Après sa défaite de 1856 dans la guerre de Crimée, le gouvernement russe a cessé de payer ses factures. Pendant la guerre de Crimée, Emmanuel avait tenté sans succès de concevoir des armes basées sur un nouvel explosif, beaucoup plus puissant que la poudre à canon, appelé nitroglycérine, mais la substance s’est avérée difficile à faire exploser de manière fiable.

Alfred avait beaucoup appris sur la nitroglycérine à Paris auprès d’Ascanio Sobrero, le chimiste qui l’a produite pour la première fois, et il reviendra expérimenter avec elle quelques années plus tard.

Les Nobels ne pouvaient pas générer suffisamment d’autres travaux pour compenser la perte d’activité du gouvernement russe. Ils ont liquidé la plupart de leurs entreprises, laissant ce qui restait aux soins de l’un des frères aînés d’Alfred, Ludvig, qui a ensuite connu un grand succès.

Les parents d’Alfred sont retournés en Suède avec une petite somme d’argent. Alfred et son frère Robert sont restés en Russie, partageant un appartement à Saint-Pétersbourg. Alfred installa un laboratoire dans la cuisine et commença à travailler sur des inventions.

En 1862, à l’âge de 29 ans, il découvre que certains mélanges de nitroglycérine mélangés à de la poudre à canon permettent une détonation fiable. Ses frères aînés Robert et Ludvig l’aident à effectuer des tests à grande échelle, en réalisant de grosses explosions sur un canal gelé à l’extérieur de Saint-Pétersbourg.

Les réalisations d’Alfred Nobel

Nobel avait un esprit extraordinairement innovant, d’où jaillissaient de nouvelles idées.

Alfred Nobel « Si je trouve 300 idées en un an, et qu’une seule d’entre elles est utile, je suis satisfait. »

Alfred Nobel

Son génie était soutenu par une détermination d’acier à réussir et une énorme capacité de travail. Celles-ci étaient motivées par les souvenirs amers de la pauvreté qu’endurait sa famille lorsqu’il était un jeune garçon.

Nitroglycérine

Au début de l’année 1863, Nobel rentre de Russie dans sa ville natale de Stockholm. Très vite, il commença à faire des expériences dans un laboratoire sur un petit site industriel que son père avait pris à Heleneborg, en dehors de la ville. Bien que n’ayant jamais été fort physiquement, il travaillait des journées de 18 heures, réalisant personnellement des centaines d’expériences.

Après avoir appris à faire exploser de la nitroglycérine avec une petite quantité de poudre à canon, Nobel a commencé à produire de la nitroglycérine à la fin de 1863, avec une production importante à partir de l’été 1864.

Cependant, une catastrophe survient en septembre 1864. Dans un laboratoire installé dans un hangar à Heleneborg, Emil, le frère cadet de Nobel, travaillait aux côtés d’un étudiant pour répondre à la commande de nitroglycérine d’une compagnie de chemin de fer qui creusait un tunnel dans la roche. Un accident dans le hangar a provoqué une énorme explosion, tuant le duo sur le coup. Sont également tués un nettoyeur, un jeune garçon et un charpentier qui, par malchance, passait sur le site.

Bien qu’il soit bouleversé par ces décès, Nobel poursuit la production de nitroglycérine. La demande pour cet explosif était si forte qu’au début des années 1870, Nobel avait ouvert des installations de production – dont certaines allaient exploser lors d’accidents – dans toute l’Europe et aux États-Unis.

Après le succès de la nitroglycérine, Nobel a passé plusieurs années à se débattre avec les offices de brevets étrangers dont les règles rendaient difficile pour un étranger de prouver qu’il avait droit à un brevet. Il a également consacré un temps et une énergie précieux à lutter contre un certain nombre d’escrocs et d’arnaqueurs qui tentaient de tirer profit de son invention.

Le détonateur à amorce

En 1864, Nobel a breveté l’amorce à amorce. Il avait réalisé de nombreuses expériences en cherchant la meilleure façon de faire détoner les explosifs ; avec le détonateur, il l’a inventé.

Un détonateur est une petite quantité d’explosif qui, lorsqu’il est détoné, pousse une onde de pression à travers la charge explosive principale, provoquant la détonation instantanée de tout l’explosif.

Des variantes de l’amorce de Nobel sont toujours la manière préférée de faire détoner les explosifs. En fait, son invention de l’amorce a été utilisée pendant plus de 50 ans sans modification.

Dynamite

En novembre 1863, Nobel a mélangé de la nitroglycérine avec des substances poreuses comme le charbon et a produit un explosif très puissant et stable qui pouvait être détoné de manière fiable.

En janvier 1864, il a demandé un brevet suédois pour ce mélange. Il n’a ensuite rien fait. Il était trop occupé à fabriquer et à vendre de la nitroglycérine et à se battre contre des litiges relatifs aux brevets.

Comme il voyait de plus en plus d’accidents liés à la nitroglycérine se produire, Nobel est revenu à ses expériences sur la nitroglycérine et les substances poreuses. Ces expériences ont abouti à sa création de la dynamite. Son brevet suédois de septembre 1866 se lit comme suit :

Alfred Nobel« Mon nouvel explosif, appelé dynamite, est simplement de la nitroglycérine en combinaison avec un silicate très poreux… c’est une masse jaune rougeâtre, molle et plastique qui est pressée dans des cartouches d’une certaine épaisseur, puis enfermée dans des enveloppes de papier. »

Alfred Nobel
1866

Nobel chose the word dynamite from the Greek word dynamis, which means power. He believed it would be used mainly for peaceful purposes, because:

Alfred Nobel« My dynamite will sooner lead to peace than a thousand world conventions. As soon as men find that in one instant whole armies can be utterly destroyed, they surely will abide by golden peace. »

Alfred Nobel
c. 1868

Dynamite was safer to handle than nitroglycerin, but not as powerful an explosive.

Gelignite

In 1866, Nobel tried to produce an explosive gel for the first time. He was finally successful in 1875, inventing gelignite, made of gelatinized glycerol and nitrocellulose. Il a inventé la gélignite à Paris, où il s’est installé définitivement en 1873.

La gélignite était meilleure que la dynamite en ce sens qu’elle était plus puissante ; elle pouvait être utilisée sous l’eau, ce qui la rendait beaucoup plus polyvalente ; et elle ne souffrait pas de suintement, ce qui se produisait lorsque la nitroglycérine suintait parfois de la dynamite, la rendant dangereusement instable.

La gélignite était très stable, très sûre à manipuler, et pouvait être facilement moulée à n’importe quelle forme. C’était un autre grand succès commercial pour Nobel, mais le succès ne s’est pas produit du jour au lendemain. La gélignite était plus chère que la dynamite, et bien que ce soit un produit plus sûr, son processus de fabrication était en fait plus dangereux que celui de la dynamite.

Ballistite

Nobel a inventé la ballistite alors qu’il vivait à Paris. Il l’a fait breveter au Royaume-Uni en 1887 et aux États-Unis en 1891 comme propulseur sans fumée à utiliser, par exemple, dans les balles et les obus d’artillerie. La Ballistite était fabriquée à partir de nitrocellulose et de nitroglycérine.

L’armée française n’était pas intéressée par le produit, mais Nobel a réussi à en obtenir une licence pour l’armée italienne. Cela a entraîné une méchante campagne médiatique contre lui en France, orchestrée par le gouvernement français. La police française a fait une descente dans son laboratoire et en a confisqué le matériel.

En 1891, Nobel a quitté la France pour toujours et s’est installé en Italie.

Prix Nobel

Tout au long de sa vie adulte, Nobel a vécu avec un conflit interne. Il se voyait comme un scientifique, un inventeur et un homme d’affaires honnête et travailleur. Il se souvenait de ses racines appauvries, et donnait beaucoup de son argent pour aider les pauvres.

Pour autant, en raison de l’énorme quantité d’argent qu’il gagnait avec les armes, il savait qu’il était considéré par beaucoup de gens comme un scélérat. En fait, peu après la mort de son frère Ludvig en 1888, Alfred se tourne vers les nécrologies des journaux. Il y découvre que sa propre nécrologie a été publiée par erreur. Il a lu : « Le marchand de mort est mort. »

Cette lecture ne pouvait guère être réconfortante !

Cela rappelle l’image de Scrooge transporté par le fantôme du Noël futur pour voir que personne n’était en deuil à ses funérailles.

Ayant entrevu un avenir possible, Nobel, comme Scrooge, a décidé d’utiliser son argent pour façonner un monde meilleur.

Nobel a légué 94 % de son énorme fortune pour financer cinq prix annuels pour :

  • chimie
  • physique
  • science médicale ou physiologie
  • littérature
  • la personne ou la société qui rend le plus grand service à la cause de la fraternité internationale, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes, ou à l’établissement ou au développement des congrès de la paix

Les premiers prix Nobel ont été décernés en 1901.

Et, bien sûr, il faut se rappeler que les explosifs de Nobel ont fréquemment été utilisés à des fins pacifiques, créant, par exemple, des barrages hydroélectriques et des liaisons de transport, sans lesquels nos sociétés seraient beaucoup moins prospères qu’elles ne le sont.

Dynamite

A stick of dynamite placed in a drillhole to
blast bedrock

Dynamite Panama

Rock blasted to clear a path for the
Panama Canal

Dynamite Rushmore

Dynamite was used in the creation of
Mount Rushmore’s sculptures

Dyanamite Dam

Dynamite plays a big part in clearing rock
for dam building

Some Personal Details and the End

By the early 1870s, Nobel was wealthy and spending most of his life on trains traveling around Europe to his factories and business meetings.

In 1873, age 40, he moved from Stockholm to Paris. Il avait apprécié le temps qu’il y avait passé quand il était plus jeune et Paris était plus proche que Stockholm de la plupart de ses intérêts commerciaux. En outre, Paris était une ville plus sophistiquée sur le plan culturel. Il pouvait s’offrir une grande et prestigieuse maison dans l’un des meilleurs quartiers de la ville. La langue n’est pas un problème – il parle couramment le français. La maison parisienne de Nobel est devenue une sorte de quartier général des affaires, où il invitait des hommes d’affaires et des financiers pour des discussions.

La maison de Nobel à Paris était équipée d’une vaste bibliothèque privée et de ses propres écuries pour les chevaux pur-sang qu’il aimait monter. Bien qu’il ait vécu dans un style grandiose, il se souvenait de ses débuts modestes et donnait fréquemment de l’argent aux pauvres.

Un jour, il demanda à l’une de ses servantes quel cadeau elle aimerait recevoir de lui pour son prochain mariage. La jeune femme astucieuse a répondu : « autant que ce que vous gagnez en un jour, maître ». Nobel a admiré sa réponse rusée et lui a donné ce qu’elle demandait. Son cadeau, évalué en dollars américains d’aujourd’hui, représentait une somme à six chiffres.

Malgré sa richesse, Nobel était un homme timide, réservé et solitaire qui avait du mal à se faire des amis, en particulier des femmes ; il pensait que les femmes le trouvaient peu attirant.

En tant que jeune homme à Saint-Pétersbourg, il a demandé en mariage une jeune femme appelée Alexandra, qui a refusé.

À Paris, en 1876, il a employé la comtesse autrichienne Bertha Kinsky comme assistante personnelle. Il tombe rapidement amoureux d’elle. Il semble qu’elle avait aussi beaucoup d’affection pour lui, mais elle était déjà fiancée. Elle quitte Paris pour son mariage, mais reste en contact avec Nobel par lettre jusqu’à la fin de sa vie. Nobel est impressionné par ses idéaux élevés, notamment son pacifisme : elle est peut-être l’inspiratrice du prix Nobel de la paix. La comtesse a reçu le prix Nobel de la paix en 1905 pour son travail avec le mouvement pour la paix.

En 1876, peut-être sur le rebond de sa relation vouée à l’échec avec la comtesse, Nobel, âgé de 43 ans, a entamé une relation avec une vendeuse autrichienne de 20 ans du nom de Sophie Hess. Il est gêné par leur différence d’âge et par le fait qu’elle n’est pas très instruite. Elle ne souhaite pas non plus améliorer son éducation et ses goûts en toutes choses lui semblent effrontés. Elle vivait en Autriche, et il venait de Paris pour la voir. Il ne la présente pas à ses connaissances parisiennes. En 1891, Sophie a eu le bébé d’un autre homme. Nobel a continué à lui envoyer de l’argent jusqu’à ce qu’elle se marie finalement avec le père de son enfant en 1894.

Nobel a quitté Paris pour toujours en 1891, à 57 ans, à la suite de la chasse aux sorcières qu’il a subie pour avoir vendu de la ballistite à l’Italie. Il s’installe dans la petite station balnéaire de San Remo en Italie.

Dans ses dernières années, Nobel a souffert d’une maladie cardiaque qui, ironiquement, a été traitée avec de petites doses de nitroglycérine.

Alfred Nobel est mort à 63 ans à San Remo le 10 décembre 1896 à la suite d’une attaque cérébrale.

La majeure partie de sa fortune a servi à financer les prix Nobel. Il n’approuvait pas la richesse héritée. Il pensait que les parents et les proches fortunés ne devaient léguer de l’argent que pour offrir à leurs enfants une éducation de première classe et les bases de la vie ; toute autre richesse accumulée devait être réinjectée dans la société d’une manière bénéfique.

Bien qu’il ait déclaré à un moment donné que son corps devait être transformé en engrais pour les plantes à l’aide d’acide, il a finalement été incinéré. Ses cendres ont été déposées au cimetière du Nord de Stockholm.

Publicités

Auteur de cette page : Le Doc
Images améliorées numériquement et colorisées par ce site. © Tous droits réservés.

Cite this Page

Please use the following MLA compliant citation:

"Alfred Nobel." Famous Scientists. famousscientists.org. 9 Oct. 2016. Web. <www.famousscientists.org/alfred-nobel/>.

Published by FamousScientists.org

Further Reading
Kenne Fant, translated by Marianne Ruuth
Alfred Nobel: A Biography
Arcade Publishing, New York, 1993

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *